Critique Blu-ray 4K Ultra HD: le cinquième élément (Royaume-Uni 2020)



PromoMeilleure Vente n° 1
Sonic, Le Film [Blu-Ray]
  • Audience Rating: Tous publics
PromoMeilleure Vente n° 2
PromoMeilleure Vente n° 3
PromoMeilleure Vente n° 4
Yasujiro Ozu 20 Films [Blu-Ray]
  • Audience Rating: Tous publics
PromoMeilleure Vente n° 5
Midway [Édition SteelBook]
  • Audience Rating: Tous publics

Résumé

Le mal se prépare à détruire la terre. Le vieux moine est le gardien du secret cosmique: seuls les quatre cinquièmes des éléments sont capables de combattre le mal. Mais ce Cinquième Élément, détruit par l’armée et reconstitué par des scientifiques, s’échappe et atterrit dans un taxi de Korben Dallas. Celui-ci est alors autorisé à restaurer les quatre autres éléments.

Il s’agit d’un test de comparaison atypique qui se concentre sur la comparaison de deux comparaisons Blu-ray 4K Ultra HD sur le marché aujourd’hui. Le cinquième élément de Luc Besson: Edition 2020 Studiocanal (Royaume-Uni) vs Edition 2017 Sony Pictures (USA).

Remarque. Les comparaisons d’images (.jpg, compression 8 bits) sont fournies à titre indicatif uniquement et ne décrivent pas ce que le Blu-ray Ultra HD transmet sur votre écran UHD HDR calibré.

Qualité vidéo

Le cinquième élément a fêté ses 20 ans en 2017. Le travail de Luc Besson avait bénéficié d’un remaster 4K chez Sony Pictures en 2015. Ce manager 4K avait donné à l’éditeur l’opportunité de sortir une version Blu-ray remaniée du film (2015) aux États-Unis. Puis en 2017, la première version Blu-ray Ultra HD 4K. La technologie HDR10 en a profité.

En collaboration avec nos voisins britanniques, Studiocanal commercialise depuis plusieurs semaines une toute nouvelle version de 4K Ultra Blu-ray Le cinquième élément bénéficiez d’une compression vidéo moins chère, d’un nouveau tri des couleurs et de la technologie Dolby Vision. Cependant, les différences entre les deux images Blu-ray UHD sont importantes, il était donc bon de s’arrêter à cette édition signée Studiocanal pour couvrir toutes les offres actuelles.

Premier constat: le cadrage est absolument identique entre les deux éditions. L’apparition anecdotique de poussière de film rare est confirmée dans deux plaques aux mêmes sites. Preuve que le matériel source utilisé est similaire entre les deux versions. Le rendu des effets spéciaux est également identique. Le point faible du film commence à vieillir dans ce registre.

L’édition britannique, signée par Studiocanal, surmonte à notre avis la sophistication et la sophistication de la représentation. Le grain de 35 mm semble sophistiqué et moins grossier. La compression vidéo, qui bénéficie d’un débit moyen de 79 Mbps et 51 Mbps dans la version Sony Pictures, jouera sans aucun doute un rôle important. À ce niveau, l’édition britannique semble vraiment ouverte et naturelle. Les lignes et les textures sont nettoyées (faites attention aux costumes des seuls officiers ou Vito Cornelius), où la version Sony Pictures offre un rendu plus attractif et plus grossier. Il semble désormais incontestable que l’éditeur ait utilisé des filtres d’accentuation (Amélioration des contours) pour une sensation de netteté plus artificielle. Dans l’ensemble, la version 4K de Studiocanal semble plus lisse, mais agréablement plus naturelle en termes de présentation des textures. N’oubliez pas, cependant, que ce sont des nuances subtiles …

Une nouvelle classification des couleurs a été suivie pour cette édition 2020. Dans la version britannique Le cinquième élément baigne maintenant dans des nuances d’ambre / or relativement vibrantes. La température de couleur est plus chaude qu’avant, où la version Sony Pictures semble plus froide et plus dure. Les couleurs principales sont plus vives. Les tons chair semblent plus chauds et le rendu général est plus « film », moins vidéo. Les noirs sont légèrement plus bas dans la version Studiocanal, ce qui permet aux zones en basse lumière de respirer plus, plus doucement. Au lieu de cela, les reflets rendent le ressort plus scintillant et brillant, avec une coupe différente. Cela donne à l’édition britannique un rendu plus lumineux et plus épicé. La version Sony Pictures semble – sobre et festive – dans la gestion des couleurs.

Ce sont deux propositions finalement différentes pour un film basé sur un matériau source a priori identique.. S’il fallait choisir, l’édition Studiocanal semble aimer plus d’éléments en sa faveur. Mais l’appréciation des couleurs conserve une part importante de subjectivité. Et vous pourriez penser que certains préfèrent la version américaine de Sony Pictures avec des tons plus froids et une netteté artificiellement accentuée.

Qualité sonore

Les deux films méritent de bénéficier de la version originale Dolby Atmos (Core Lossless TrueHD 7.1, 24 bits, débit binaire moyen de 4251 kbps) identique à l’écoute. Cependant, la version Sony Pictures présente l’avantage évident de bénéficier de la technologie VF DTS-HD Master Audio 5.1 avec sous-titres anglais, français et espagnol. Malheureusement, ce n’est pas le cas dans l’édition britannique (VO et ST en anglais uniquement). Record britannique donc pas adressé à la plupart d’entre vous.

Prime

Il n’y en a pas. Il s’agit d’une édition complètement minimaliste.

Conclusion

Ce test était atypique. Le cinquième élément bénéficie de la version Blu-ray 4K Ultra HD de Sony Pictures aux États-Unis, qui est bien plus complète que l’édition britannique, deux bonus, Atmos VO et VF DTS-HD Master Audio 5.1. Mais en termes de lecture vidéo, l’édition 2020 de Studiocanal en conserve les avantages.

J’espère qu’un jour Gaumont pourra satisfaire le marché français avec une édition qui réunit le meilleur des deux albums. Nous pouvons toujours espérer. À suivre…