Que regarder en VOD et en streaming cette semaine

Bienvenue en Tchétchénie

(David France)

La persécution violente et forcée par l'État des personnes LGBTQ en République russe tchétchène a produit des nouvelles au cours des trois dernières années, en particulier au Canada, où l'organisation torontoise Rainbow Railroad a aidé à localiser 44 réfugiés. Le documentaire français de David sur HBO offre aux téléspectateurs une image intime et parfois difficile à voir des opérations de sauvetage souterraines menées par les coordinateurs d'intervention en cas de crise LGBTQ basés à Moscou, David Isteev et Olga Baranova. Bienvenue en Tchétchénie est précieux car c'est le premier récit des sauveteurs et des évacués dont les visages ont été changés avec un VFX profond pour protéger leur identité. Grâce à ce concept, la France peut raconter l'histoire avec un rythme fort et thriller, tandis que des pauses de vidéos horribles et amères de torture, de viol et de meurtre qui véhiculent des enjeux. Le décompte calme nécessaire pour sortir de ces évasions audacieuses ajoute à l'atmosphère de répression, et la chose est plus déchirante lorsque les évacués craquent sous la pression. Les visages VFX distraient parfois et ajoutent à des scènes d'intimité inconnue, en particulier dans les scènes entre le planificateur d'événements difficile "Grisha" et son petit ami plus fragile. Première le mardi 30 juin à HBO Canada et Crave. NNN (Kevin Ritchie)

Pastèque femme

(Cheryl Dunye)

Réalisé par un film lesbien noir étranger, le premier film est un film important, même à son point d'origine: avec Duny, nous suivons Cheryl alors qu'elle travaille son travail de jour dans un magasin de vidéo et fait un film la nuit Une actrice noire des années 1930 qui a décidé de jouer un rôle stéréotypé de «  maman '' après le film. Sur le chemin de trouver la «femme pastèque» avec laquelle l'actrice a été créditée au cinéma, elle en apprend plus sur la culture noire américaine de cette période. Pendant tout ce temps, Cheryl voyage avec sa propre vie amoureuse complexe pour se retrouver dans une relation inattendue avec une femme blanche. Autobiographies partielles (très drôles), une femme pastèque se sent personnelle et l'une de ce que le réalisateur a appelé «Dunyementaries», mais à partir d'un moment incroyable: Criterion l'a offert gratuitement jusqu'à la fin de juin et l'a présenté dans le cadre d'un film noir lorsque Black Lives Matter le mouvement s'est répandu dans le monde entier. La pastèque est un classique à bien des égards, elle appartient à l'histoire et mérite plus que jamais votre temps. 90 minutes. Maintenant diffusé sur la chaîne des critères. NNNNN (Sadaf Ahsan)

Divulgation

(Sam Feder)

L'histoire de la performance trans dans le cinéma et la télévision américains – presque toujours produite par Straight, White, Cis-Men – Le documentaire de Feder demande aux trans-acteurs, écrivains, critiques et cinéastes de voir comment ces images fictives ont affecté leur propre identité, bonne ou malade. C'est surtout malade: pendant des décennies, les personnes trans ne pouvaient se voir à l'écran que comme des victimes de meurtre dans des scènes de crime ou représenter des individus dont le seul but dramatique était d'exposer et de cacher. S'ils étaient acceptés pour ce qu'ils étaient, c'était parce que le protagoniste du film devait faire preuve de croissance personnelle, comme The Crying Game ou le Dallas Buyers Club. Et tandis qu'un film comme Boys Don & # 39; t Cry présentait une représentation positive du personnage trans dans Brandon Teena de Hilary Swank, le film a quand même fini par ne pas déclencher son meurtre brutal – et a complètement supprimé l'homme noir qui a été tué. soirée avec Brandon et son amie Lisa Lambert. Mixé avec des clips du siècle (DW Griffith's Judith of Bethulia de Ryan Murphy & # 39; s Pose) avec des commentaires réfléchis et parfois déchirants de Laverne Cox (producteur principal du projet), Jen Richards, Yance Ford, The Trace Lysulet on et Lilly Wachowsk trans-version – un documentaire qui n'est pas seulement un facteur de correction historique, mais qui met en évidence toutes les possibilités d'une performance authentique qui ne s'est pas produite parce que les gens qui ont gardé les caméras n'étaient tout simplement pas intéressés. Maintenant en streaming sur Netflix. Revue complète ici. NNNN (Norman Wilner)

Abu

(Arshad Khan)

Près d'une fenêtre trop courte, l'écrivain et réalisateur Arshad Khan raconte son histoire déchirante de se retrouver et de partager une expérience avec sa famille musulmane. L’histoire soigneusement emmêlée tisse l’histoire de la migration de sa famille du Pakistan au Canada et touche à la fois au colonialisme et à la religion. Et pourtant, l'histoire d'amour ciblée – entre fils et père – se révèle être la plus complexe, la plus vissée. Lorsque Khan, un gay libéral et politiquement actif, essaie de trouver un moyen de s'adapter à sa famille conservatrice et craignant Dieu, immergé dans une culture de «  ne pas demander, ne pas dire '', il parcourt le chemin que tant d'hommes et de femmes musulmans queer ont empruntés dans le passé, et ils continuent de le faire. . Avec ce transfert, cependant, la réconciliation culturelle et familiale semble possible. Bien que ce soit honnête; Khan n'hésite pas à battre sa mère pour sa sexualité. Au lieu de cela, elle offre un objectif généreux qui trace les propres barrières émotionnelles de ses parents. Le film est associé à des interviews de famille, de vieilles vidéos personnelles et des clips classiques de Bollywood, retraçant son voyage personnel d'une manière qui se sent vraiment épanouie, minute par minute. 80 minutes. Maintenant diffusé sur CBC Gem. NNN (TU)

Reines

(Justin Gray)

Queens est présenté comme une «unité d'arnaque comédie-mystère», mais le mystère est un peu extensible: la série en ligne en six parties n'est pas vraiment intéressée par pourquoi et comment un mystérieux saboteur se dirige vers le delta de Toronto. la dernière chose de Miss Church Street. Le créateur / producteur Gray et le réalisateur Pat Mills (guide, Don't Talk To Irene) sont là pour regarder leurs différents personnages essayer d'accéder à la page, avec autant de drames que possible. Chaque épisode de 10 minutes se concentre sur un personnage différent alors qu'il survit à une catastrophe personnelle comique – une connexion perdue, le retour d'un ancien concurrent, un voyage aux urgences, s'enfermant dans une boutique de maquillage du centre commercial avec une boîte à vin et aucun contrôle … une telle chose – le jour de la course. C'est une plaisanterie discrète, puis l'épisode 4, appelé Minnie & Sharron, vient montrer le potentiel de la série pour un enfant disparu avec des reines du même nom (Lucinda Miu, Lucy Flawless) et discuter de ce qu'il faut faire ensuite. C'est le seul épisode que Mills ait écrit, et cela me laissait espérer qu'il aurait travaillé sur plusieurs scripts. Les six épisodes sont maintenant diffusés sur CBC Gem. Revue complète ici. NNN (NW)

irrésistible

(Jon Stewart)

La première caractéristique du scénariste / réalisateur Stewart de Rosewater depuis 2014 est aussi loin de ce document de prisonnier politique qu'on peut l'imaginer: il s'agit d'une comédie politiquement colorée mettant en vedette Steve Carell sur une stratégie démocratique cynique qui parachute dans la ville conservatrice du Wisconsin pour mener la campagne des maires. le colonel à la retraite (Chris Cooper), dont les valeurs sont plus proches de la gauche que de la droite. C’est un ensemble que Preston Sturges aurait eu, même s’il l’avait presque certainement raconté d’un point de vue urbain plutôt qu’en ville. Les sympathies de Stewart sont envers Carell, nous suivons donc des élitistes enracinés qui apprécieront les valeurs du cœur, étudiant les valeurs du cœur alors que nous combattons la stratégie républicaine sans âme (Rose Byrne) qui soutient la société établie (Brent Sexton). Il y a d'innombrables plans bon marché dans la technobarre des sondages et forçant les praticiens des agences de presse par câble à obéir aux messages des fêtes … et le tout se décompose avec une grande révélation qui devrait être choquante, mais pas seulement du travail. Au lieu de cela, regardez les voyages de Sullivan et Hail The Conquering Hero; remercie moi plus tard. À louer sur toutes les plateformes numériques à partir du vendredi 26 juin. Revue complète ici. NN (NW)

Quoi de neuf en VOD?

Disponible dès maintenant

Bella Ciao!

Carmen Aguirre, Tony Nardi, Alexandra Lainfiesta; réalisé par Carolyn Combs

La bobine crée un cinéma virtuel

Ella Fitzgerald: Un seul d'entre eux

Documentaire réalisé par Leslie Woodhead

Cinéma virtuel Hot Docs

Marteau

Will Patton, Mark O’Brien, Lara Jean Chorostecki; réalisé par Christian Sparkes

iTunes, Google Play

irrésistible

Steve Carell, Rose Byrne, Chris Cooper; réalisé par Jon Stewart

Lire la critique complète MAINTENANT

Location iTunes, location Google Play

Cher Vivian

Documentaire réalisé par Matt Riddlehoover

Cinéma virtuel Hot Docs

Fier

Stanislas Nordey, Samuel Theis, Chiara Mastroianni; réalisé par Philippe Faucon

Théâtre virtuel Fox Theatre

Courez avec les chassés

Michael Pitt, Ron Perlman, Dree Hemingway; réalisé par John Swab

iTunes, Google Play

Disponible le 30 juin

femme américaine

Sarah Gadon, Hong Chau, Ellen Burstyn; réalisé par Semi Chellas

Lire la critique MAINTENANT

Pré-commande iTunes

Scheme Birds

Documentaire réalisé par Ellen Fiske et Ellinor Hall

Pré-commande iTunes, liste de souhaits Google Play

Etrange mais vrai

Amy Ryan, Greg Kinnear, Margaret Qualley; réalisé par Rowan Athale

Pré-commande iTunes, liste de souhaits Google Play

Recommandation de disque de la semaine

Portrait d'une vierge en feu

(Collection de critères, Blu-ray et DVD)

Si vous l'oubliez de façon théâtrale ou si vous voulez simplement vous y plonger à nouveau, la méditation magistrale de Céline Sciamma sur le regard des femmes est maintenant disponible sur l'album avec un superbe mouvement haute définition béni avec des sueurs gratuites qui peuvent crunch la performance de streaming, en particulier dans les scènes les plus sombres du film. Les ajouts généralement considérés au critère sont les entretiens avec les stars Noémie Merlant et Adèle Haenel, une conversation avec Sciamma et la critique Dana Stevens, ainsi que les entretiens précédents avec l'artiste Hélène Delmaire, qui a peint les portraits vus dans le film, et la cinéaste Claire Mathon. C'est le package que le film mérite … et juste à temps pour Pride.