Test Blu-ray: Maxime | Critique du film

Meilleure Vente n° 1
Ballerine graine de star
  • Amazon Prime Video (Video on Demand)
Meilleure Vente n° 2
Netflix
  • Profitez de votre adhésion actuelle Netflix sur votre Kindle Fire
  • L'abonnement à Netflix vous donne un accès illimité aux émissions télé et films pour un prix mensuel peu élevé.
  • Avec l'app Netflix, vous pouvez visionner instantanément autant d'épisodes télé et de films que vous le désirez, aussi souvent que vous voulez et quand vous le voulez.
  • Vous pouvez parcourir des milliers de titres dans notre catalogue grandissant : de nouveaux épisodes sont ajoutés régulièrement.
  • Recherchez des titres et visionnez-les instantanément sur votre téléphone ou tablette.
Meilleure Vente n° 3
L'Énigme de la Chambre 622
  • 576 Pages - 05/27/2020 (Publication Date) - Editions de Fallois (Publisher)
Meilleure Vente n° 4



France: 1958
Nom d’origine: –
Directeur: Henri Verneuil
Scénario: Henri Jeanson, Albert Valentin, Henri Verneuil
Acteurs: Michèle Morgan, Charles Boyer, Arletty
Éditeur: Coin de mire Cinéma
Durée: 2h03
Genre: Comédie, Drame
Date de sortie du film: 26 novembre 1958
Date de sortie du DVD / BR: 4 septembre 2020

La célibataire riche et élégante Jacqueline Monneron mène une vie brillante et profane ici à Paris à la fin de la Belle Epoque. Il a été touché par Hubert, un jeune homme impoli qu’il abandonne et évite. Ce dernier exhorte Maxime, son bricoleur, vieux parisien spirituel, ironique et philosophique, à «arranger»? entretien avec Jacqueline …

Film

[4,5/5]

S’orientant résolument vers le cinéma grand public, la carrière d’Henri Verneuil se divise en deux épisodes principaux impliquant plusieurs acteurs très différents les uns des autres: Fernandel dans les années 1950, puis Jean Gabin et Jean-Paul Belmondo au cours de l’année. au cours des deux prochaines décennies. Juste à l’intersection de ces deux parties de la carrière de Verneuil on trouve en 1958 Maxime, qui n’appartient à aucun des deux. Un film tout à fait unique, même dans le film polyvalent Henri Verneuil, Maxime aujourd’hui, ce n’est pas la même aura que les autres films de cinéastes. Pourtant, le film n’avait rassemblé que deux millions de Français dans les salles, alors pourquoi cet oubli prématuré? Ce que nous sommes obligés de «redécouvrir» aujourd’hui Maxime, toujours bien meilleure que certaines des œuvres les plus prestigieuses de Verneuil?

Peut-être est-ce lié au mélange de genres que les auteurs ont Maxime pratiquer avec la joie la plus simple et la plus évidente? Il est vraiment difficile de sauvegarder un film de Verneuil dans une boîte ou un genre spécifique. Le film commence de la manière la plus simple en maudissant directement le spectateur pour lui offrir quelques sauts dans le temps, de 1957 à 1914 et en s’arrêtant en 1938. Après avoir commencé son histoire en brisant le quatrième mur de la route, le plus horrible, Maxime puis se ramifie vers les voies de la comédie, doucement hostiles aux femmes et pleines des dialogues frais et souvent drôles d’Henri Jeanson. À mi-chemin du film, le talent se transforme en bluette romantique conçue pour illustrer l’amour impossible entre amis de différentes classes, et s’attarde dans son acte final dans une mélodie pure, très sombre et très désespérée, bien que l’épilogue semble traiter clairement l’angoisse du protagoniste sur la jambe.

Mais le plus étonnant à trouver Maxime c’est la facilité avec laquelle Henri Verneuil parvient à changer l’histoire d’un genre à un autre, d’un ton à l’autre. Si Michèle Morgan et Charles Boyer jouent au premier degré (comme des personnages, tous deux légèrement raides), Arletty et Félix Marten rivalisent de fantaisie et font souvent rire. Cette habitude entre le rire et les larmes est aussi l’un des thèmes forts de Maxime: la juxtaposition du présent et du passé, qui est aussi parfaitement cohérente avec l’ouverture du film. Ainsi, les personnages Maxime (Charles Boyer) et Gazelle (Arletty) sont présentés comme deux solitaires incapables de tracer une ligne vers le passé, comme cette imageHôtel du Nord qu’Arletty montre à son ancien amant.

Peut-être le mécontentement du public face au côté ouvertement misogyne de l’œuvre est-il que Maxime présente en fait le personnage interprété par Michèle Morgan de manière très vague et rejette sans vergogne son amant après s’être rendu compte qu’il était pauvre pour courir dans les bras de l’intimidateur, il détestait a priori … mais qui s’avère très a priori … Cependant, ces deux personnages «négatifs» sont punis lorsqu’une fausse fin heureuse annonce – non sans une sorte d’ironie – à la fois leur relation et l’état de la Première Guerre mondiale.

Par conséquent, nous pouvons réfléchir longtemps aux raisons Maxime n’est pas susceptible de célébrer sa juste valeur ces jours-ci. Pourtant, c’est sans aucun doute l’un des films les plus originaux, les plus réussis et les plus agréables de la carrière d’Henri Verneuil. Nous espérons que cette nouvelle édition Cinéma Coin de Mire donnez-lui une chance de récupérer ses lettres nobles et la plupart les verront / les réhabiliteront!

Collection « Session »

Cela fait presque deux ans Cinéma Coin de Mire invite le public à se plonger régulièrement dans les vrais classiques du cinéma français, tous disponibles au cœur de sa riche collection; « Session ». Au cours de ces deux années de passion, le souci maniaque de l’éditeur pour la sélection des films du patrimoine français a clairement porté ses fruits. Alors, Perspective a réussi à se faire une place de choix dans le cœur des cinéphiles français. L’éditeur conforte en effet sa position de véritable référence en termes de qualité du transfert et des ajouts, les titres de la collection se succèdent et ne se rappellent pas. film populaire. Une telle initiative doit être soutenue, d’autant plus que le marché de la vidéo physique se rétrécit d’année en année.

Chaque nom de la collection « Session » édité Perspective apparaît donc dans une excellente version Combiné Blu-ray + DVD + Livret sous la forme d’un Mediabook avec un design soigné et une finition maniaque. Chaque boîte de valeur Digibook est numérotée et limitée à 3 000 exemplaires. UNE un livret inédit avec de nombreux documents d’archives est cousu au boîtier. Les boîtes comprennent également 10 images d’exploitation sur papier glacé (forme 12 × 15 cm), glissé dans deux boîtes en carton reproduction de l’affiche originale (forme 21 × 29 cm). Chaque nouvel élément de la collection « Session » a également été intégré dans la charte graphique de la collection dès son début d’automne 2018: fond noir, composition d’un nouveau poster photo noir et blanc, lettres dorées. Le packaging et la finition soignée de ces éditions en font de véritables références en termes de qualité. Chaque boîte de valeur Digibook est estampillée « Session » se fixe donc un glorieux élément de collection que vous êtes fier de voir votre trône sur vos étagères.

Une autre originalité de cette collection est de fournir au Sinili la « performance » parfaite du film. Actualités Pathé semaine de sortie de film, annonces vintage (que l’on appelle encore des publicités), suivi, bien entendu, d’un film restauré en haute définition, 2K ou 4K, selon le cas. Dans ce cas que Maxime, C’est un Récupération 4K Studio TF1 CNC et Cinéma Coin de Mire, Dans les laboratoires VDM à partir du négatif original.

La cinquième vague de la collection « Session » débarquez dans vos magasins préférés le 4 septembre. Six nouveaux films de la collection la portent désormais à 31 titres. Les six films de cette nouvelle vague ont quelque chose à voir avec la bouche des visiteurs du film tels qu’ils sont Échapper (Jean-Paul Le Chanois, 1955), Maigret tend le piège (Jean Delannoy, 1958), Maxime (Henri Verneuil, 1958), Le cas de Maigret et Saint-Fiacre (Jean Delannoy, 1959), Le diable et les 10 commandements (Julien Duvivier, 1962) et Maigret voit rouge (Gilles Grangier, 1963). Nous vous invitons à visiter pour découvrir et commander des gemmes de cette incroyable collection dès que possible sur le site internet de l’éditeur.

Coffret Digibook prestigieux

[5/5]

Même s’il s’avère mal connu, Maxime Cependant, il n’était pas sorti en DVD en France: il avait déjà fait une terrible édition. Château René en 2006, ainsi qu’une autre couleur beaucoup plus courante Studio TF1 en 2015. Maintenant restauré au format 4K et intégré à partir de la prestigieuse collection « Session » / Focus cinéma, Maxime retrouve ainsi toute sa splendeur visuelle antérieure: l’image est tout simplement époustouflante. Le niveau de détail est excellent, avec une netteté sans précédent et une gestion du contraste assez appréciable. L’absence de filtrage inutile donne également à l’image une patine argentée respectable pour la lettre, ce qui est toujours très agréable. Côté sonore, Maxime mixte DTS-HD Master Audio 2.0 (mono original), et nous offre une expérience acoustique solide et équilibrée, qu’il s’agisse de dialogues ou d’intégration d’effets sonores, il n’y a vraiment rien de malheureux.

Dans le supplément de cette version Blu-ray Maxime, nous trouvons une opportunité – et c’est une particularité de cette collection – de reconstituer la projection complète du film de l’époque à l’aide de Pathé news, d’une bande-annonce et de publicités présentées par Jean Mineur sur la page. Seul l’ouvreur manque! C’est pourquoi nous commençons la session nouvelles de la 48e semaine de 1958 (14 minutes). Le magazine commence par un sujet intéressant sur la «présence» française et son influence dans le monde, bien sûr dans le monde de l’art, mais aussi sur la technologie et l’import / export. En particulier, on apprend que la France a été le premier fabricant de briquets à gaz en 1958 – nous aimerions vraiment fêter cette occasion! Nous continuons ensuite l’atterrissage du Boeing 707 avec le roi Léopold de Belgique et la princesse De Réthy, accompagnés du petit dresseur de chevaux Lucien Gruss, mais aussi – plus sérieusement – une grève des écoliers. Sorbonne. Sans la transition, nous passerons ensuite au développement de l’attractivité des trains SNCF au premier tour des élections françaises. Nous concluons par une poignée de connaissances internationales et la deuxième partie sur un sujet dédié à la ville de Hong Kong, la «sphère des deux mondes», l’Est et l’Ouest – un sujet fascinant qui nous donne une bonne image. belles images.

Après bande annonce / Familles nombreuses (Denys de la Patellière, 1958), nous continuons le traditionnel page d’annoncesou plutôt des publicités, comme on les appelait alors (8 minutes). ICES Miko, bonbons Mint’Ho, dentifrice Super Colgate «Phosphaté», café Volt, Assurance L’union, chewing-gum Hollywood (à la « chlorophylle » étrangement écrite sans la fin du « e »), les couches Peter Pan, atelier Jancyr (série de films) et savon Camay s’est levé. Excellente page publicitaire, chacune plus obsolète et plus amusante les unes que les autres.